Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Les deux « âges » des politiques sociales de jeunesse

Face aux évolutions structurelles du marché de l’emploi et à la persistance du chômage, les pouvoirs publics ont formulé diverses réponses politiques. Léa Lima distingue ainsi deux âges des politiques sociales de jeunesse, celui de l’indemnisation des jeunes chômeurs, qui va de 1951 à 1988, et celui de l’activation sans protection des jeunes en difficulté, qui s’étend de 1988 à nos jours. Dans un premier temps, les mesures politiques visent à faciliter l’entrée des jeunes sur le marché de l’emploi, à travers une inclusion à la marge du système d’indemnisation chômage de la catégorie des jeunes primodemandeurs d’emploi, cela en contrepartie d’un effort d’insertion et de formation demandé aux individus. C’est au cours de ce premier âge des politiques sociales de jeunesse que sont créées les missions locales pour l’insertion professionnelle et sociale des jeunes. À la fin des années 1980, la création conjointe du RMI et du dispositif du FAJ marque un point de basculement vers le deuxième âge des politiques sociales de jeunesse. Les jeunes de moins de 25 ans se retrouvent en effet exclus du bénéfice de ce nouveau droit censé contrer la hausse générale du chômage et de la précarité. Ce choix politique, justifié par des considérations économiques, morales et politiques, ne sera pas remis en cause lors du passage au RSA, malgré quelques aménagements à la marge comme la création d’un RSA jeunes, et des inflexions récentes avec l’ouverture de la prime d’activité dès 18 ans et la création de la garantie jeunes. Néanmoins, l’accès à une pleine citoyenneté sociale reste refusé aux jeunes adultes de moins de 25 ans, et une partie de l’aide publique qui leur est destinée continue de transiter par la famille. En parallèle, la multiplication des mesures et des dispositifs ciblés depuis les années 1990 participe à l’institutionnalisation d’un traitement spécifique du chômage des jeunes. Aussi, la question du non-recours des jeunes à l’aide publique en matière d’insertion socioprofessionnelle est intimement liée à la construction politique d’un régime spécifique d’accès aux droits sociaux pour les jeunes de moins de 25 ans.

Les commentaires sont fermés.